« Défaite de Clinton ou victoire de Trump : que faut-il en penser ? » par Franck Abed

donald_trump_franck_abed

Défaite de Clinton ou victoire de Trump : que faut-il en penser ?

Alors que la victoire de Trump vient d’être officiellement annoncée, nous voyons déjà fleurir les commentaires marqués par l’émotionnel… Certains sur les réseaux sociaux postent des images de drapeaux américains, tandis que d’autres se déclarent en deuil. Il convient de raison garder. Pour rappel, je ne suis pas américain et je ne le serai jamais. Je ne célébrerai donc pas la victoire de Trump. Je reste français en toutes circonstances. Contrairement à ceux qui évoquent la fin d’un monde (1), avant de me prononcer de manière aussi définitive et radicale au sujet du 45ème président américain, je préfère le voir à l’œuvre pour ensuite tirer une conclusion. En revanche, je suis satisfait de la défaite d’Hillary Clinton qui scelle le départ de Barak Obama de la Maison Blanche. Après le Brexit, la déroute du clan Clinton me semble être le deuxième coup de couteau contre l’oligarchie politico-médiatique. Ne confondons donc pas la victoire de l’un et la défaite de l’une. Cependant, je précise que Clinton représente tout ce que j’abhorre : le showbiz et ses influences néfastes sur la société, le complexe militaro-industriel et ses centaines de milliers de morts à travers le monde, l’omniprésence des médias et leurs propagandes mensongères, le politiquement correct qui tue la liberté d’expression et l’intelligence…

Les américains ont voté, il convient de respecter leurs choix et de ne pas crier au scandale. Malheureusement comme pour le Brexit, les biens pensants nous expliqueront que les électeurs ont mal voté, car le résultat attendu ne correspond pas à leurs visions des choses. Concrètement le peuple peut s’exprimer, mais à la condition de respecter les diktats des dominants, sinon ces derniers considèrent que « la plèbe vote mal » (2). Seul l’épreuve du temps nous permettra de savoir si Trump fut un bon ou un mauvais président. Rappelons également que les médias, dans leur écrasante majorité, s’étaient positionnés pour Clinton et contre Trump. Cela démontre une énième fois leur degré de clairvoyance politique, la pertinence de leurs analyses et leur proximité avec le petit peuple…

Trump a d’ores et déjà une immense tâche qui l’attend. Disons-le d’emblée : Trump n’est pas de mes amis politiques. Nonobstant quelques déclarations intéressantes, dont la presse officielle s’est emparée pour pointer du doigt le « méchant homme », je suis plutôt réservé sur le programme trumpiste… Certes, nous avons échappé à la mise en œuvre immédiate de la Troisième Guerre Mondiale, vers laquelle les groupes de pression qui n’existent pas nous envoyaient avec Clinton. Il ne faut pas oublier les déclarations outrancières et belliqueuses à l’endroit de la Russie et de Poutine prononcées tout au long de la campagne par Hillary. Mais ce n’est peut-être qu’un court répit, car si nous avons échappé au pire, nous n’avons certainement pas le meilleur avec Trump. En plus de réparer les nombreux dégâts causés par l’administration Obama aux Etats-Unis, il devra en plus gérer de nombreux et épineux dossiers dans le cadre des relations extérieures. Sera-t-il réellement moins va-t-en guerre que son opposante ? Tendra-t-il la main aux Russes et aux Chinois comme il l’a déclaré ? Quelle sera sa position dans les différents conflits qui ensanglantent le Moyen-Orient ? Suspendra-t-il le soutien inconditionnel du gouvernement américain vers l’Etat Hébreu ? Tout ceci est en suspens. Attendons de voir, laissons Trump savourer sa victoire et les adeptes du politiquement correct pleurer. Quant à moi je reste prudent, car je sais pertinemment que nous ne sommes pas au bout de nos surprises…

Franck ABED

(1) L’ambassadeur de France à Washington, a écrit à 6 heures du matin sur un réseau social : «Après Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige

(2) Comme pour le Traité de Lisbonne en 2005 par exemple.

Share this post