« Islam, terrorisme, complot ? Que d’erreurs d’analyse » par Franck Abed

burkini_franck_abed

Islam, terrorisme, complot ? Que d’erreurs d’analyse

Je tiens avant toute chose à poser le préalable suivant : le présent article ne vise pas à alimenter le choc des civilisations (1) vu qu’il est déjà bien présent (2), ni à se cacher derrière son petit doigt en ne présentant pas les choses sous l’angle de l’objectivité et de la vérité qui en découle logiquement. Suite à la vague terroriste islamique qui a touché l’Europe, il est malheureusement fréquent de constater que de grossières erreurs d’analyses sont produites et qu’elles empêchent réellement de comprendre les phénomènes auxquels nous sommes confrontés. Cet article a pour but de dénoncer ces fourvoiements et d’apporter de la clarté, là où règne actuellement la confusion.

Je commencerai par établir un parallèle entre l’idéologie nazie et la religion islamique, non pas tant pour les comparer d’un point de vue intellectuel – ce qui n’aurait aucun sens – que pour aborder le traitement médiatique auquel elles sont confrontées. Imaginons quelques instants qu’un individu se réclamant d’Hitler commette des attentats atroces en France. Est-ce que les prétendus experts en terrorisme avanceraient, non sans rire, qu’il convient de ne pas comparer voire de mélanger nazi et nazisme ? Je prends volontairement le nazisme comme outil de comparaison parce que, dans nos sociétés, il représente – à tort – le mal absolu. En effet, dans un débat, il est fréquent que le point Godwin (3) soit atteint par l’un des protagonistes en accusant l’adversaire d’être nazi. Ceci étant dit, remarquons qu’à l’époque où le nazisme existait (1920 à 1945), personne, à ma connaissance, en Allemagne ou ailleurs, ne proclamait à longueur de journée dans les journaux ou à la radio que les premières victimes du nazisme étaient les nazis eux-mêmes… Produire et soutenir ce genre de discours revient à déresponsabiliser l’ensemble des musulmans et à faire d’eux des êtres dénués de bons sens, d’intelligence et de responsabilité. Chacun a le devoir de se former. Grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, aujourd’hui, nul ne peut rester dans l’ignorance, si ce n’est par sa propre volonté ou fainéantise. Ainsi, si un musulman reste musulman, il agit selon ses désirs, et il me semble dangereux de vouloir lui dénier cette action propre. Assurément, les musulmans ne sont ni des robots ni des pantins. Certaines bonnes âmes objecteront qu’il est difficile de quitter l’islam à cause de la coercition sociale très forte, ou peut-être, plus exactement négative, qui existe dans cette grande communauté. Quand naît une volonté, un chemin se dessine. Il ne manque pas d’exemples de musulmans qui quittent l’islam, nonobstant quelques graves difficultés (4).

Après ce rappel salutaire de la responsabilisation des individus quant à leurs choix religieux, il est à mon sens important de rappeler que la vague terroriste qui touche l’Europe depuis les deux dernières décennies ne peut être comparée aux précédentes. Les auteurs des attentats du siècle dernier – de l’extrême gauche à l’extrême droite – contre des personnalités de premier plan (5) ne revendiquaient jamais une religion, mais une idéologie politique. Le terrorisme « italien » des années de plomb, ou « basque » et « irlandais » étaient animés par une cause territoriale, ethnique, politique, mais jamais la religion ne servait de cause première. Le terrorisme islamique n’est pas européen. Qu’on se le dise tout de suite, le terrorisme reste quelque chose d’inhumain et d’atroce d’où qu’il vienne. Cependant, vouloir l’étudier et le comprendre en le prenant pour un terrorisme de souche européenne est une erreur cruciale. L’islam est né en Arabie, largement hors de portée de la civilisation et de la culture européennes. De même, si les initiateurs des attentats sont pour l’écrasante majorité nés en Europe, ils ne sont pas européens au sens strict du terme, ni par la culture, ni par leurs références philosophiques, ni par leurs lectures, leurs musiques et encore moins par leur religion. De fait, c’est une méprise de vouloir appliquer à l’islam une grille de lecture anthropologique mêlant philosophie gréco-romaine et religion catholique, même si, contrairement à ce qu’en disent ses séides et les commentateurs officiels, l’islam est né d’une hérésie chrétienne en opposition avec l’orthodoxie catholique (6).

Il n’est pas rare malheureusement d’entendre et de lire que la pauvreté conduit à la délinquance. C’est un raisonnement faux sur lequel je ne m’étendrai pas maintenant. Aujourd’hui, les commentateurs officiels exposent très souvent que les terroristes musulmans en Europe, voire dans le monde, sont des êtres sous cultivés voire a-cultivés. Le raisonnement consiste à dire que si les terroristes étaient cultivés ils ne seraient pas terroristes. Cela me fait penser à un faux syllogisme que j’ai appris en première année de collège (7). Réduire les musulmans terroristes à des personnages débiles et dénués d’intelligence revient à aller vite en besogne. C’est oublier que les propagateurs de l’islam peuvent être des gens instruits voire supérieurement intelligents. Dans les pays où règne le fondamentalisme musulman, les élites de ces contrées, souvent urbaines, cultivées voire bourgeoises, loin d’être des analphabètes, soutiennent un islam authentique. Ainsi, la guerre contre le terrorisme islamique ne se gagnera pas avec des minutes de silence, des cours d’éducation civique ou des hommages vibrants dans lesquels certains chantent la Marseillaise à gorge déployée. II ne faut jamais oublier que certains représentants – plus ou moins officiels – de l’islam ont poursuivi un cursus scolaire au sein de prestigieuses universités européennes voire américaines. Pour planifier des actions terroristes il faut savoir lire, écrire, compter et, dans certains cas, concevoir et poser des bombes. On est quand même loin de l’idiot de la mosquée. L’inculture qui serait avancée par les pseudos spécialistes des attentats reste une excuse facile qui ne résiste pas à une analyse objective des faits. Il ne faut jamais oublier que les cadres bolchéviques étaient éduqués, et que, pour nombre d’entre eux, ils étaient férus de lecture et d’écriture. Le degré de savoir n’est pas une donnée fiable pour déterminer si on peut ou non envoyer à la mort des millions d’individus (8). Cependant, cette réalité précédemment décryptée et analysée ne doit pas faire oublier qu’il existe évidemment une différence de savoir et d’intelligence entre les planificateurs des attentats et les exécutants. Effectivement, les musulmans qui ont été tués ou arrêtés, après leurs attentats réussis ou ratés, avaient souvent connu l’échec scolaire et se trouvaient en situation d’échec de vie tout court. Ils devaient sûrement considérer que les déboires qu’ils vivaient n’étaient que le corollaire d’une société qui ne les comprenait pas, les rejetait et les méprisait. Alors ils trouvaient dans l’islam ce qu’ils croyaient être une porte de sortie à leur misérable condition de vie. Ainsi, ils ne se radicalisaient pas comme on l’entend ici ou là, ils devenaient tout simplement des moudjahidines (comme ils se nomment eux-mêmes), afin de se venger d’une société qui, selon eux, ne les avait ni compris ni respectés. Un réflexe victimaire classique se développe alors… Concrètement, que les militants de terrain, utilisés par leurs gourous comme de la chair à canon, ne soient pas des génies ou des prix Nobel, c’est une certitude. Toutefois, n’oublions pas que les tenants de l’islam authentique, quoiqu’en disent les commentateurs officiels, possèdent un corpus doctrinal très ancien et des intellectuels de haute volée qui sont soutenus par une riche oligarchie musulmane.

Depuis vingt ans, le territoire national n’a jamais été touché par des attentats dont les auteurs se réclamaient du bouddhisme, du judaïsme, du christianisme, du mormonisme etc. En revanche, depuis vingt ans, tous les auteurs des attentats en France sont musulmans (9). C’est un fait que seuls les gens de mauvaise foi contestent. Cependant, l’autre erreur serait de voir dans chaque musulman un terroriste en puissance. En tant que catholique, je considère la religion musulmane comme une fausse religion (10), et je respecte les musulmans – et les tenants des autres religions – qui recherchent le Dieu unique, qu’ils n’ont pas encore trouvé. Les musulmans vivants en France ne doivent pas être stigmatisés pour leurs croyances ou être considérés comme des citoyens de troisième zone. Ce serait une honte pour notre intelligence civilisationnelle de procéder ainsi. Toutefois, entre les stigmatiser et accepter leur doctrine voire leurs diktats sans rien dire et sans agir, il existe une voie qui me semble plus juste. Elle consiste à répéter à temps et à contre temps, et avec l’aide d’arguments circonstanciés de manière ferme et juste, que l’islam n’est pas la vraie religion, que les musulmans, grâce non pas à une liberté religieuse mais à une tolérance religieuse comme elle s’est très souvent appliquée en territoire catholique, peuvent pratiquer leur religion en France, à condition qu’ils respectent les lois, les traditions et avec la non volonté d’imposer quoique ce soit dans l’espace public. Il est hors de question, en vertu d’un faux principe d’humanisme voire d’égalitarisme, d’accorder des droits particuliers ou des exemptions aux musulmans et aux associations les représentant. La loi doit être la même pour tous.

Dans cette crise que nous traversons, le gouvernement socialiste porte une énorme responsabilité. L’hypocrisie gouvernementale devient insupportable pour des personnes attachées à la vérité. Si la République dite Française voulait vraiment combattre le terrorisme musulman, elle agirait comme il se doit. Assurément, elle n’encouragerait pas l’immigration afro-maghrébine de masse et ne permettrait pas la construction de mosquées sur l’ensemble du territoire, avec des exemptions fiscales très généreuses pour les achats de terrain (11). Le Président de la République et son Premier Ministre dans leurs déclarations officielles où ils mentionnent sans cesse le terme de guerre, désigneraient clairement contre qui la République est en conflit. A force d’employer de manière inopportune le mot « guerre », celui-ci perd de sa consistance. Effectivement, à les écouter et à les lire, on serait en guerre contre un adversaire non désigné, on serait en guerre contre le chômage, contre la pauvreté, contre la délinquance routière (12), contre le racisme, contre le populisme, contre les extrémismes, contre l’illettrisme etc. La guerre c’est du sérieux, et le discours politique doit l’être tout autant. Malheureusement les représentants de cette institution républicaine se décrédibilisent par leurs boniments creux en totale opposition avec l’urgence de la situation qui réclame des actes forts et radicaux. Augmenter le nombre de policiers, de gendarmes et de militaires dans les rues ne diminuera pas le risque d’attentats en France. Les terroristes basent leurs actions criminelles sur la rapidité, la surprise et une certaine connaissance du terrain. Le gouvernement socialo-républicain pourra construire des murs, des tours, si un terroriste veut se faire sauter dans une foule, prendre un véhicule et foncer sur des familles comme dans un jeu de quilles, ou procéder à des attaques ou couteau ou à la machette, il y arrivera. Il convient de combattre le terrorisme musulman là où il prospère, que ce soit en France dans certains quartiers, ou dans certaines zones géographiques de par le monde. A ce sujet, les services de renseignements français ont déjà montré leur efficacité. Il serait très utile pour la paix en France que le gouvernement actuel les laisse travailler afin qu’ils puissent mener à terme leurs difficiles mais précieuses missions.

Avant de conclure, revenons sur un aspect qui me dérange fortement. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New York, il devient presque impossible qu’un fait d’actualité concernant les musulmans ne soit pas étudié et décrypté, par certains, sous l’angle de la théorie du complot. Il est évident que les complots existent, tout comme il me paraît sûr que la version officielle du 11 septembre 2001 ne peut être considérée comme fiable (13). Tout le monde connaît la fable d’Esope intitulée « Le garçon qui criait au loup ». A l’instar des hommes politiques qui parlent toujours de guerre pour n’importe quoi, évoquer perpétuellement le complot pour expliquer les actes des moudjahidines revient à délégitimer leur existence et à faire croire à nos compatriotes que finalement ces complots ne seraient que des tempêtes sous le crâne d’individus en mal de sensations fortes. Parler du complot pour expliquer chaque attentat musulman en France, en Allemagne ou ailleurs, revient à nier que certains musulmans, non manipulés par les services secrets américains et britanniques, vouent à l’Europe et à ses sociétés une haine farouche. C’est une nouvelle tentative bien maladroite – qui renvoie à celle étudiée plus haut – de déresponsabiliser et d’infantiliser les musulmans qui choisissent librement et sciemment la voie de la guerre. Ceux qui prétextent constamment le complot pour éviter de comprendre la réelle nature de l’islam sont aussi peu sérieux que ceux qui évoquent le « fascisme » (14) dès qu’un discours politique s’en prend légitimement à l’Union Européenne ou à l’immigration de masse. D’une manière générale, je rappelle que les dominants ne peuvent tout contrôler. Ils sont certes très puissants, mais ils ne peuvent être tout puissants. Il convient donc de ne pas tout mélanger afin d’éviter d’entretenir ces confusions intellectuelles qui desservent la vérité. Que les attaques sous faux drapeaux existent, c’est un aspect non discutable. Seuls les naïfs pourraient remettre cela en doute. Pour aller plus loin, j’écris que si les derniers attentats sur le sol national perpétrés par des musulmans étaient le fruit d’un complot, je serais le premier à le dénoncer. En l’occurrence, ce n’est pas le sujet. Si dans les semaines ou années qui viennent on apprend de source sûre que, par exemple, Mohamed Lahouaiej Bouhlel était manipulé par les « services », qu’est-ce que cela changerait aux différents problèmes posés par l’islam en France et ailleurs ? Rien. Si Mohamed Lahouaiej Bouhlel était un agent, est-ce que cela réglerait les problèmes du voile, des burkas, de cantine scolaire, des mosquées souterraines et clandestines, des prières de rue, des burkinis, des appels aux meurtres des chrétiens dans le Coran, de la situation catastrophique des chrétiens d’Orient, de la population carcérale composée en très grande majorité de musulmans, etc ? Non. Ne mélangeons pas tout. Indubitablement, il y a d’un côté les problèmes inhérents à l’islam, de l’autre il existe des problèmes inhérents au mondialisme. Parfois ces problèmes s’entrecroisent, mais ils ne sont pas éternellement interdépendants et intrinsèquement liés.

Dernier point et pas des moindres, il me semble important de conclure en poursuivant une idée développée plus haut. Les musulmans en général et l’islam en particulier fonctionnent différemment en ce qui concerne les grilles de lecture auxquelles nous sommes habitués. Ils ne sont pas nous. Nous ne sommes pas eux. Au risque de le répéter, mais il vaut mieux le réécrire que de ne pas être compris, la pensée française est issue d’un savant mélange entre la philosophie gréco-romaine et la religion chrétienne. L’islam repose sur une hérésie chrétienne et propose un retour mal digéré à la religion archaïque, qu’on pourrait qualifier de régression abrahamique, basée sur le sacrifice (15). Je l’ai déjà évoqué maintes fois dans mes interventions mais il me semble fondamental et essentiel de rappeler la proposition intellectuelle de René Girard (16) pour comprendre le temps historique que nous vivons. Le catholicisme et l’islam proposent deux versions différentes et irréconciliables de la vertu du sacrifice. Ce dernier se retrouve au cœur de toutes les civilisations humaines ainsi que dans presque tous les récits mythiques. Comme l’explique parfaitement René Girard, les tenants des religions archaïques organisaient dans des rites plus ou moins confus ou très élaborés la mort du bouc émissaire, qui était censé regrouper sur lui les désordres et les maux du groupe social pour rétablir la paix et l’harmonie au sein de celui-ci. L’innovation géniale du christianisme, en plus d’apporter la Rédemption, est de casser cette logique perverse du bouc émissaire proposée par les religions archaïques. En effet, le sacrifice de Jésus sur la Croix envoie à la mort une victime innocente. Le cycle infernal de la violence et du sacrifice est mort, car la restauration de la paix ne passe plus par la condamnation et le sang de victimes innocentes. Pour les musulmans, les martyrs de la foi sont ceux qui donnent la mort, ceux qui font couler le sang. Pour les catholiques, les martyrs de la foi sont ceux qui sont tués à cause de leur religion et dont le sang coule. L’islam est resté dans une optique archaïque, le catholicisme est déjà entré – depuis 2000 ans – dans la modernité de la foi. Il est donc triste et dommageable intellectuellement parlant, que certains entretiennent volontairement cette équivoque, ou pire, estiment que ces deux voire trois religions (17) seraient les faces d’un même dé. Il demeure fondamental de toujours avoir à l’esprit que l’islam et le catholicisme n’ont pas les mêmes fondements, ni les mêmes visions de l’homme, de la religion et de Dieu (18). Il était plus que temps de le rappeler.

Franck ABED

1) Le Choc des civilisations (en anglais The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order) est le titre d’un essai d’analyse politique rédigé par l’Américain Samuel Huntington, professeur à Harvard, paru en 1996. Il s’agit de présenter une grille d’analyse pour décrire le fonctionnement des relations internationales après l’effondrement du bloc soviétique à la fin des années 1980. Depuis sa parution, ce livre a fait couler beaucoup d’encre entre les partisans et les opposants aux thèses délivrées par Huntington

2) Lire Le mondialisme de Franck ABED

3) La loi de Godwin est une règle empirique provenant d’un énoncé fait en 1990 par Mike Godwin. Dans un débat, atteindre le point Godwin revient à vouloir discréditer son adversaire en l’accusant d’être nazi. Rares aujourd’hui sont les débats sur l’immigration, l’islam, la politique ou l’histoire où le point Godwin n’est pas atteint.

4) Je renvoie, entre autres, au livre de Joseph Fadelle intitulé Le prix à payer

5) Prenons les exemples les plus connus : Humbert 1er d’Italie, l’Impératrice Elisabeth d’Autriche, Sadi Carnot président de la République Française, etc.

6) Jean Damascène, Saint et Docteur de l’Eglise, écrit : « A partir de cette époque, un faux prophète survint au milieu d’eux ; il s’appelait Mohammed. Il a entendu quelquefois l’Ancien et le Nouveau Testament, et est censé avoir rencontré un moine arien, par la suite. Finalement il créera lui-même sa propre hérésie. » in De Haeresibus (des hérésies, chapitre 101)

7) « Tous les chats sont mortels. Or Socrate est mortel. Donc Socrate est un chat. » Exemple éclairant d’un faux syllogisme.

8) Le communisme est responsable de 100 millions de morts. Lire à ce sujet Le livre noir du communisme, crimes, terreur, répression

9) Mohamed Lahouaiej Bouhlel (2016 – Promenade des Anglais – 84 morts – 200 blessés)

Larossi Abballa (2016 – 2 policiers assassinés à Magnanville)

Brahim et Salah Abselam, Foued Mohamed-Aggad, Abdelhamid Abaaoud (2015 – Bataclan – 130 morts – 350 blessés)

Amedy Coulibaly (2015 – Hyper Casher – 5 morts)

Yassin Salhi (2015 – décapitation d’Hervé Cornara)

Chérif et Saïd Kouachi (2015 – Charlie Hebdo – 12 morts)

Sid Ahmed Ghlam (2015 – 1 femme tuée et une Eglise visée)

Mohamed Merah (2012 – Ozar Hatorah/Toulouse/Montauban – 7 morts)

Khaled Kelkal (1995 – RER Saint-Michel à Paris – 8 morts et 117 blessés)

10) Seule la religion catholique est la vraie religion. « Je suis la voie, la vérité, la vie. » (Jean 14-6)

11) On ne compte plus les baux emphytéotiques dérisoires accordés à des associations musulmanes désirant construire des mosquées.

12) Aujourd’hui, un père ou une mère de famille qui roulent à 120 kilomètres/heure, au lieu de 110, sont considérés comme des délinquants. Voilà comment les mots (et les concepts) perdent de leur essence.

13) Les théories explicatives proposées par les organes alternatifs, dissidents etc., présentent selon moi de nombreuses lacunes.

14) « L’antifascisme n’était que du théâtre » Lionel Jospin sur France Culture le 29/09/07

15) En effet le catholicisme avait mis fin aux interdits alimentaires, au sacrifice des animaux, à la circoncision, etc. La religion musulmane revient sur ses avancées et propose une vision régressive de la religion en revenant aux fondements abrahamiques que nous venons d’évoquer.

16) Lire particulièrement Le bouc émissaire ; Achever Clausewitz ; La violence et le sacré

17) Nous pensons ici au judaïsme postérieur à l’arrivée du Christ.

18) Les catholiques croient en Jésus-Christ qui est le Messie. Les musulmans voient Jésus/Isa comme un prophète majeur mais dénué de tout divinité, au contraire des catholiques qui considèrent Jésus-Christ comme Fils de Dieu et Dieu lui-même.

Share this post